L’Îlot de Laâge change de visage

Un nouveau quartier en cœur de ville

C’est un gigantesque chantier de renouvellement urbain. Derrière les murs de l’îlot de Laâge, les engins de démolition et les marteaux piqueurs sont à l’œuvre. L’enjeu ? Faire place nette pour bâtir l’avenir du site. Au programme : logements, commissariat de police, résidence seniors, mail piétonnier et parc urbain.

Nous vous embarquons à la découverte des coulisses de cet incroyable chantier qui va changer le visage de l'îlot de Laâge.

Pour faire entrer la vie, abattre les murs

Sur le bitume de l’îlot de Laâge duquel s’échappent quelques herbes folles, des montagnes ont poussé. Les décombres de bâtiments s’amoncellent sur plusieurs mètres de haut. Dans un ballet millimétré, sécurité oblige, des camions-bennes évacuent les gravats.

Plus loin, les mâchoires affûtées de grues voraces grignotent un à un les étages. Le bâtiment du cercle mixte construit en 1969 est à terre. Ce mois-ci, les pelleteuses de l’entreprise Premys s’activent sur le bâtiment de l’instruction longeant la rue Louis Braille.

Sur les 33 bâtiments du site, 11 vétustes et vieillissants seront déconstruits. Les bâtiments remarquables seront préservés et réhabilités. Avant que les pelles mécaniques n’entrent en scène, il a fallu procéder au désamiantage de l’ensemble bâti. Puis, un à un, chaque immeuble est déshabillé. C’est l’opération dite « de curage ».

Il s’agit de trier tout ce qui peut être recyclé : portes, fenêtres, sanitaires, tuyaux, radiateurs, rampes d’escaliers, fils électriques, laine de verre, ferraillage du béton… Les travaux de déconstruction des immeubles devraient s’achever cet été. Une enveloppe d’1,6 million d’€ est investie dans les démolitions, phase qui inclut les études opérationnelles et le désamiantage des immeubles.

"Dé" caserner, connecter

La caserne a toujours fonctionné en vase clos. La reconversion du site passe aussi par la déconstruction partielle de son enceinte.
Les franges de l’îlot de Laâge jouent un rôle fondamental dans le futur fonctionnement. Par endroits, le mur va tomber, faisant de cette
enclave aujourd’hui close et repliée sur elle-même un quartier ouvert sur la ville, offrant de nouvelles perspectives tant en matière de logement que d’équipements publics et de services.


À côté, l’ancien garage automobile rue des Trois Pigeons est en cours de métamorphose : il sera bientôt un parking. Des liaisons piétonnes entre la rue André Gide et la rue des Trois Pigeons mailleront le nouveau quartier de Laâge à celui des Trois Pigeons.

À l’automne, la Ville engagera des travaux de voirie en vue de prolonger le boulevard Aristide Briand au sein du site. Cette nouvelle voie desservira à terme le parc urbain aménagé en cœur d’îlot. Par la même occasion, les trottoirs et la chaussée du boulevard existant entre la rue des Trois Pigeons et la rue Louis Braille seront rénovés.

Le nouveau commissariat de police sur les rails

L’enveloppe de 2 millions d’€ destinée à l’aménagement est affectée par le Ministère de l’Intérieur. Le terrain va être cédé à titre gracieux par la Ville.

Le permis de construire est délivré. Les ouvriers s’activent sur le gros œuvre de l’ancien internat de la caserne. Les planètes sont alignées pour qu’en mai 2020 les policiers châtelleraudais intègrent leur nouveau commissariat.

À l’étroit dans les locaux de la rue Hilaire Gilbert, ils disposeront sur le site de l’îlot de Laâge d’espaces adaptés à leurs missions. Avec 2 200 m² répartis sur trois niveaux, le nouveau commissariat comptera notamment des bureaux, quatre cellules de garde à vue dont une cellule collective, des douches, une salle de sport. Afin de faciliter la circulation des véhicules des gardiens de la paix, un second accès sera créé rue du 14e Régiment des Tirailleurs Algériens

Un nouvelle attractivité urbaine

À terme, l'ilot de Laâge deviendra un véritable quartier qui facilitera les rencontres entre toutes les générations : enfants, étudiants, actifs, senior... Il viendra redynamiser le tissu local en intégrant une nouvelle population.

En tirant parti du potentiel formidable de l’îlot de Laâge, d’autres lieux
de vie, de services, de détente et de partage pourront être proposés aux
habitants. Le projet entend revitaliser les traces du passé, suivant le concept de greffe contemporaine.

Il s’agit de reconvertir les éléments à forte valeur patrimoniale dont la modernisation est économiquement raisonnable pour opérer une synergie avec l’architecture contemporaine. Alternative au cycle construction-exploitation-démolition, la greffe s’inscrit dans une démarche écologiquement responsable.

L'Îlot de Laâge, toute une histoire !

La caserne d’infanterie est construite entre 1871 et 1877 pour sécuriser la manufacture d’armes. Elle est dite à l’origine Caserne neuve en opposition à la « vieille caserne » de Châteauneuf. Un vaste bâtiment héberge un bataillon, deux pavillons encadrent l’entrée. L’ensemble jouxtant une esplanade pour les exercices militaires.

En 1915, deux bâtiments sont érigés par des prisonniers
allemands. La caserne prend le nom De Laâge, général
châtelleraudais qui s’est illustré lors de la Révolution française.
Après la Grande Guerre, les bâtiments se multiplient et se désignent
par le nom de grandes batailles.

Entre 1958 et 2009, l’École Préparatoire de Gendarmerie
de Châtellerault forme les élèves gendarmes.

En 2015, la réflexion sur la reconversion s’engage. La Ville décide d'associer les habitants au projet de reconversion de l’îlot de Laâge
afin d’élaborer un scénario en adéquation avec leurs besoins.
Une consultation publique permet d’esquisser les grandes
lignes d’une reconversion « idéale ». Parmi 14 propositions,
l’installation d’un commissariat et de logements sont celles qui
ont remporté le plus de voix.

En 2016, pour 1,18 million d’€, l’Établissement Public Foncier
Nouvelle-Aquitaine rachète le site à l’État pour le compte de la Ville.
L’EPF en assure la sécurisation et la démolition partielle.

En décembre 2017, le nouveau chapiteau de l'Ecole nationale de cirque de Châtellerault s'installe sur le site de l'îlot de Laâge.

En mai 2018, la promesse de vente des parcelles au nord et au centre du site est signé avec le Groupe Select Immo. ​ Alain Rombaux, alsacien et fondateur de Select Immo a à son actif, des reconversions exemplaires de friches militaires et industrielles à Mulhouse, Issenheim ou Guebwiller. Sur le site de l’îlot de Laâge, Select Immo orchestre la réalisation et la commercialisation de logements répartis en différentes typologies pour faire la part belle à la mixité : des maisons individuelles, du collectif intergénérationnel en accession dans un immeuble réhabilité, une résidence pour seniors à vocation sociale. On pourra donc, au choix, acheter ou louer, vivre en appartement ou en maison, avoir un jardin ou pas.

L’opération d’aménagement proprement dite se déroulera en plusieurs étapes, entre 2019 et 2022. Les premiers habitants pourraient emménager à l’îlot de Laâge en 2021. Select Immo mène également une étude sur la création d’un pôle médical dans l’ancienne infirmerie de 600 m2 afin d’y regrouper des professionnels de santé.

Objectif : créer un nouveau quartier en plein cœur de Châtellerault...

Et écrire une nouvelle page de l'histoire de la ville