Les coulisses du
Cabaret du Chat noir

Le Grand Atelier, Musée d'art et d'industrie

Bienvenue en 1881. Paris bouillonne de vie. Sur les hauteurs de la butte Montmartre, il flotte dans l'air un parfum de fête. C'est ici, dans ce quartier bohème, que Rodolphe Salis, jeune Châtelleraudais à la gouaille phénoménale, décide d'ouvrir son cabaret.

Dieu a créé le Monde
Napoléon a créé la Légion d'Honneur
Moi, j'ai fait Montmartre !
Rodolphe Salis

Dans un véritable décor de brocante composé de bibelots, d'armures de meubles de récupération, les clients discutent, se disputent et goûtent à tous les plaisirs...

« N'ayez cure d'escapades,
Vous qui commencez à déchoir,
Car guéris sortent les malades
Du gai cabaret du "Chat Noir »
Rodolphe Salis

Rapidement Le Chat Noir devient the place to be et LE haut lieu de la nuit parisienne.
Signac, Pissarro, Debussy, Van Gogh, Seurat et de nombreux autres artistes célèbres ou anonymes y goûtent à de mémorables divertissements, fruits de l’inventivité sans bornes de Salis & compères.

Je cherche fortune;
Autour du Chat Noir,
Au clair de la lune,
A Montmartre, le soir.
Aristide Bruant

Grâce à l'oeuvre de Théophile Alexandre Steinlen représentant... un chat noir, le cabaret de Rodolphe Salis est à jamais entré dans la légende

La naissance du théâtre d'ombres

Un soir, dans la "salle des fêtes" du cabaret, le peintre et graveur Henri Rivière et quelques joyeux camarades font défiler des silhouettes découpées dans du carton derrière une toile tendue : le théâtre d'ombres du Chat Noir est né.

Confectionnées par différents artistes, des silhouettes de zinc -cavaliers, sergents de ville, ou danseuses- s’animent en musique derrière le castelet et permettent de rire de tout.
L’effet comique, l’improvisation et les nombreuses grivoiseries participent à la renommée du Chat Noir. Les pièces connaissent un énorme succès, aussi bien à Paris qu'en province et même à l’étranger.

Le Grand Atelier fait revivre Le Chat Noir

Aujourd’hui, Le Grand Atelier, musée d’art et d’industrie, téléporte les visiteurs au cœur du prodigieux cabaret du Chat Noir.
Décors reconstitués, mise en scène des œuvres… Le public est plongé dans l’âme du cabaret, une âme imprégnée du talent des artistes qui ont créé les silhouettes en zinc exposées en vitrines.

Un film et des panneaux mettent en lumière différentes facettes du Chat Noir : effets spéciaux, chanson de cabaret, revue ou encore presse illustrée.

Enfin, au fond de l'espace d'exposition, le castelet n'attend plus que des mains habiles pour donner vie aux silhouettes... Grâce à la manipulation de fac-similé, petits et grands peuvent imaginer les histoires de Pierrot et Colombine, de vaillants mousquetaires et, évidemment, du chat noir...

Une collection exceptionnelle

Le Grand Atelier détient la plus importante importante collection de silhouettes de théâtre d’ombre, devant celle exposée au musée d’Orsay. On dénombre :
• 105 ombres chinoises de différentes pièces de théâtre d'ombres
• Cinq décors de la pièce « La Tentation de saint Antoine »
• Deux séries de plaques de verre
• La lanterne de projection utilisée pendant les tournées
• Des objets liés au décor du cabaret du Chat Noir
• Le portrait de Salis donné par sa veuve
• Des documents graphiques : menus, dessins, caricatures, affiches et
affichettes, catalogue des ventes et guide du Chat Noir, une série de
journaux du Chat Noir…
• Une partie de la bibliothèque de Salis et des lettres…

Cette impressionnante collection du Cabaret du Chat Noir a été initiée par Jules Duvau, ancien député-maire et premier conservateur du musée de Châtellerault.
Les premiers achats ont été réalisés lors des ventes consécutives à la mort de Rodolphe Salis, notamment celle de Naintré en 1905. À ce fonds initial très important se sont ajoutées des acquisitions
ponctuelles de séries complémentaires de silhouettes d’ombres.

Ce fonds est plébiscité pour des expositions internationales ! Sophie Brégeaud-Romand, conservatrice, explique : « Sept zincs sont actuellement au Barbican Art Gallery à Londres Into the night. Cette exposition sur les cabarets sera présentée ensuite en Autriche, à Vienne. Il s’agit, avec ces prêts qui ne coûtent rien à la collectivité, d’envoyer une image, de faire la promotion des collections de Châtellerault. »

[object Object]
[object Object]
[object Object]
[object Object]
[object Object]
[object Object]
[object Object]
[object Object]

Pour marquer l’ouverture de l’espace Chat Noir, un numéro spécial du journal du Chat Noir est édité. C’est un groupe de Montmartrois passionnés qui ont réactivé la publication après 130 ans de suspens.
La maquette du journal est identique à l’édition originale, le ton caricatural et décalé. Il est vendu au Grand Atelier et, à la criée, au musée de Montmartre.

Qu'est ce que Montmartre ? Rien
Que doit-il être ? Tout
Rodolphe Salis
[object Object]
[object Object]
[object Object]
[object Object]
Passant, arrête-toi, cet édifice fut consacré aux muses et à la joie
Rodolphe Salis