Solidarité à tous les étages

Plus d’embrassades, mais des coups de main et un formidable élan de solidarité. Si la crise sanitaire a bien une vertu, c’est celle de réactiver des liens sociaux mis en sommeil. Bienvenue dans les nouveaux réseaux d’entraide châtelleraudais.

Mission solidarité

La Ville de Châtellerault ne ménage pas ses efforts depuis le début de cette crise pour protéger les plus fragiles. Le standard téléphonique de la mairie et la boîte mail de la cellule de crise ont été submergés d’appels de personnes se portant volontaires pour prêter main forte. Clairement, l’appel à la solidarité châtelleraudaise a été entendu. Au-delà de tous les pronostics.

Dans les rangs des volontaires, la Ville a priorisé dans un premier temps ses agents, contraintes juridiques obligent. Ainsi, Aldo Sorribas a troqué sa casquette de responsable de la restauration scolaire contre des missions variée : « Nous sommes 6 à venir en renfort des Restos du Cœur dont la plupart des bénévoles, âgés, doivent demeurer confinés. » Réception des livraisons, répartition des denrées en colis, distribution des paniers alimentaires ou encore cueillette aux Jardins du Cœur dont les légumes frais sont destinés aux bénéficiaires… « Avec Muriel, Laure, Marion, Laurent et Fa nous adorons notre travail… mais aussi ces missions très différentes que nous accomplissons aujourd’hui. Nous nous demandons comment pouvoir concilier les deux par la suite ».

Une autre équipe de cinq volontaires assure des livraisons à domicile pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer. José Bourdon raconte : « Ce sont des petites courses ou des caddies pleins, suivant les listes des personnes, des familles. On commence à connaître les rayons des magasins par cœur ! Je suis heureux de rendre service ».

Liste en main, ces agents passent du supermarché à la pharmacie. Surtout, lors de la récupération de la liste de courses ou à la livraison, ils prennent le temps d’échanger à bonne distance avec ces personnes parfois déstabilisées par le contexte sanitaire. « Le confinement n’évince pas le besoin naturel de parler, de communiquer. Nous sommes aussi là pour ça, dans le respect des gestes barrière » .


Petites mains au grand coeur

D'autres bénévoles, simples citoyens, agissent grâce à leur talent. Tous les jours, Béatrice, Isabelle, Patricia, Myriam, Clarisse et les autres coupent, taillent, surjettent, cousent sans relâche dans les locaux réquisitionnés de l'Ecole d'arts plastiques. Ces bénévoles confectionnent des masques barrière en coton et polyester imprimé. Lavables et réutilisables, ils répondent aux normes Afnor. « Nous nous répartissons dans 4 salles et ne sortons pas entre 9h et 16h, glisse Béatrice, professeur de couture passée cheffe de production de cette chaîne solidaire. L’ambiance est très sympa et la Ville fournit fil, tissu et élastiques. Nous devrions bientôt travailler sur des kits à monter ».

En renfort, d’autres néocouturières ou expertes de l’ourlet cousent à domicile. Nombreuses se sont manifestées auprès de la mairie ouverte à toutes les bonnes volontés.

Vous souhaitez vous porter bénévole ?

Contactez la cellule de crise par mail à crise.cellule@ville-chatellerault.fr en indiquant votre nom/prénom, adresse et numéro de téléphone.

Merci de détailler la manière dont vous pouvez apporter aide, par exemple « faire des courses pour les personnes isolées »

Les structures associatives en action

« Dans l'adversité, on est capable à Châtellerault de développer le plus beau »
Hervé Guedjali, directeur de la MPT

Les structures associatives se mobilisent également fortement, comme par exemple à La Maison pour tous. Veille téléphonique, distribution d’attestations dérogatoires de sortie et de colis alimentaires... Une aide aux habitants qui en ont le plus besoin est apportée.

La Ville gère la coordination et met à disposition des camions frigorifiques pour assurer la chaîne du froid. "Nous croulons sous les demandes de bénévoles, assure Hervé Guedjali, directeur de la MPT. Nous essayons de mettre en place un roulement pour que chacun puisse vivre cette expérience de la distribution alimentaire en veillant à garder un noyau de compétences. Il y a une volonté commune d’aider les autres et on travaille main dans la main. Dans l’adversité, on est capable à Châtellerault de développer le plus beau »

L’ Association des Marins et Marins Anciens Combattants du Châtelleraudais a fait don de tablettes pour les personnes âgées de résidences autonomie de Châtellerault. Elles profitent de ce beau geste pour garder le contact avec leur famille.

D'autres tablettes ont été réparties dans les maisons de quartier de Châtellerault pour participer à la réduction de la fracture numérique dans le cadre de l’aide aux devoirs pour les jeunes en situation de décrochage scolaire.

Quand les entreprises
se mobilisent

Les entreprises du territoire ont massivement répondu à l’appel aux dons de la Ville de matériel de protection. 34 000 pièces (masques, combinaisons, charlottes, lunettes…) ont été collectées à destination des soignants. Merci

M-Méca - Macc - Brionne - Loft Cinémas - Patrick Brocher - Mélusine - Giron - FIPRO86 - Scea Soldiv - Svj Paysage - Moulins Soufflet - Valéo - Essity - Lagalery - Centre d’amincissement - Deshoulières - Kaonet - Critt - Aigle - Spa - école Saint-Henri - pharmacie Lyautey - Leclerc - Magneti Marelli - Thales - Sife - La Marmite Berbère - Ô Rendez-vous - Procamec - Ferme du Paradis - pizza du Ch’ti - Escargot du Poitou - boucherie Favreau - Rexel - Arco - Hepner - Poivre rouge

Même s’il s’agit d’une goutte d’eau, nous avons conscience qu’elle a son importance "
Éric Saby, responsable pôle fabrication additive de Coulot Decolettage

Coulot Decolettage réalise à titre gracieux deux types de produits et tente de développer en urgence une production de valves spécifiques. Éric Saby, responsable pôle fabrication additive : « Nous fabriquons des adaptateurs pour des masques de plongée Décathlon. Il s’agit d’un embout en plastique biocompatible qui ressemble à un tube muni d’un filtre. La demande est forte, urgente. Nous sommes en mesure d’en produire une centaine par jour. C’est frustrant pour nous car les besoins sont évalués à 10 000 par jour. Mais, même s’il s’agit d’une goutte d’eau, nous avons conscience qu’elle a son importance ».

Sollicitée par la direction Recherche Clinique et de l’Innovation du CHU de Bordeaux, l’entreprise tente de mettre au point un nouveau type de valves destiné à être produites en grande quantité. « Pour répondre à la demande urgente de centres de soins nous menons des investigations sur différentes technologies et matériaux afin de concevoir des valves, explique Éric Saby. Ces valves sont destinées aux respirateurs artificiels. Au bout du tuyau qui ressort par la bouche du patient intubé, elles doivent à la fois insuffler de l’air et inspirer les liquides présents dans les poumons du patient ».

"À notre manière, on participe à la lutte contre l’épidémie"
Éric Fumé, dirigeant de Perform Industrie

Perform industrie a mis au point un prototype de visière antiprojection, un modèle destiné à sa clientèle du secteur industriel. « On adapte notre technicité, notre outil industriel aux besoins, expose Éric Fumé, dirigeant de l'entreprise. C’est dans les gènes de Perform Industrie car notre métier consiste à vendre de l’adaptation. Grâce à ce revirement de production, on garde la tête hors de l’eau, on maintient le dynamisme de l’entreprise et, à notre manière, on participe à la lutte contre l’épidémie. » Perform Industrie se lance le défi de fabriquer 10 000 pièces en 4 semaines, bien qu’aucune commande soit passée. Mais l’idée, diffusée sur les réseaux sociaux, se répand comme une traînée de poudre. « L’engouement a été impressionnant. Actuellement nous usinons et assemblons environ 600 pièces par jour. L’équipe est vraiment contente de bosser sur ce sujet-là. J’ai déclenché une seconde version de la visière, plus légère, adaptée au grand public et aux professions tertiaires. Pour mener à bien sa fabrication en série, j’investis dans un moule d’injection plastique et mets sur pied un partenariat avec CDA Développement ».

La commercialisation va de la demande individuelle locale aux achats groupés expédiés à l’autre bout de la France. « Certaines entreprises attendent ces protections pour redémarrer leur activité et font le déplacement pour devancer la livraison ». Perform Industrie entend élargir sa gamme avec le développement d’une visière destinée au BTP qui se clipse sur les casques de chantier. « Nous avons déposé le modèle début avril et travaillons avec le Critt pour obtenir des homologations ». précise Éric Fumé. Perform Industrie manifeste dans le contexte de cette crise sans précédent la capacité de rebond inhérente à l’industrie châtelleraudaise.


Les très petites entreprises et start-ups ne sont pas en reste. Elles aussi jouent la carte de la solidarité grâce à de "petits" gestes aux grands effets.

La start-up châtelleraudaise Magik Eduk offre durant le confinement un accès gratuit à l’application Graphonémo qu’elle a développée à destination des 5-7 ans qui apprennent à lire. Sandrine Grégoire : « Nous avons touché 3 000 familles en France avec de bons retours sur le design, le côté ludique. Des professeurs ont recommandé l’application et la presse locale a fait connaître notre initiative. Nous avons eu quelques bugs informatiques car l’appli n’était pas calibrée pour autant de connections simultanées mais l’équipe est à pied d’œuvre pour corriger les défauts, tirer parti de cette expérience et accompagner les familles. »

Sous la forme d’un serious game, « Graphonémo l’aventure des mots » constitue une solution complémentaire des dispositifs mis en place par l’Éducation nationale pour assurer la continuité pédagogique.

L'entreprise Montgolfière Centre Atlantique, en partenariat avec la Maison pour tous, offre deux bâches de montgolfière pour réaliser des sur-blouse qui seront remises à la cellule de crise de la Ville de Châtellerault pour une distribution aux personnels prioritaires.  La Ville participe à ce bel élan de solidarité et met à disposition une salle pour que les couturières bénévoles puisse confectionner ces sur-blouses.

Cette belle action a été valorisée par les médias locaux, dont France 3 Nouvelle-Aquitaine qui a réalisé ce reportage.

Une attention particulière pour les plus fragiles

Une liste d'alerte pour garder le contact

Pour les Châtelleraudais de plus de 65 ans, d’une santé fragile ou très isolés, le Centre Communal d’Action Sociale de Châtellerault met en place une liste d’alerte. Pour en bénéficier, il suffit de s’inscrire ou de faire inscrire un proche par téléphone au 05 49 02 19 45.
Les personnes seront régulièrement contactées pour vérifier que tout va bien et bénéficier d’une écoute pendant la période de confinement.

Dans les résidences autonomie, de nombreuses initiatives sont organisées pour que tout le monde garde le moral et la forme ! Concerts, ateliers créatifs, parcours santé, séance de sport au balcon... Le tout en respectant les mesures barrière.

Des tickets alimentaires distribués aux familles qui en ont besoin

La Ville de Châtellerault et le CCAS apportent une aide concrète aux familles qui en ont le plus besoin. Des « tickets hygiène et alimentaire » sont distribués en fonction de critères sociaux. Ils compensent, en partie, la fermeture des cantines et donc l'obligation pour les familles de faire face à une dépense alimentaire supplémentaire.

Solidarité à l'internationale

La Ville de Châtellerault, jumelée avec Kaya au Burkina Faso, a réorienté en urgence son projet pilote de gestion des déchets vers une aide à l’équipement des professionnels exposés au coronavirus. Grâce à la contribution des partenaires de la collectivité, 4 200 € ont ainsi été débloqués en urgence pour financer l’acquisition de masques et de gel hydroalcoolique.

D’autre part, Velbert, ville amie de Châtellerault en Allemagne, a manifesté son soutien à la population châtelleraudaise. Elle assure réserver, si besoin est, deux places en unité de soins intensifs dans ses structures hospitalières.

La sphère associative n’est pas en reste. Ainsi, le club Soroptimist de Châtellerault apporte un soutien financier de 1 000 € à La Roue de Secours, une association qui intervient en Inde sur le volet alimentaire dans le contexte de la crise sanitaire (larouedesecours@free.fr).

Merci

à toutes ces petites mains et à ces grands coeurs